Programmes Européens

VégéDurable 2

« Le projet VégéDurable 2 a été sélectionné dans le cadre du programme européen de coopération transfrontalière INTERREG IV A France (Manche) – Angleterre, cofinancé par le FEDER. »

Les nouveaux enjeux de la filière légumière imposent de produire mieux avec des itinéraires de production durables sur les plans économique et environnemental, tout en répondant aux exigences de l’aval, notamment de la distribution qui veut vendre des produits « zéro défaut ». Les systèmes légumiers et agricoles en général présentent une forte dépendance vis-à-vis des intrants et des ressources naturelles :

  • L’utilisation des produits phytopharmaceutiques et des engrais est remise en question après la prise de conscience collective de leurs impacts sur l’environnement et sur la santé humaine. Malgré le fait que la pollution ne soit pas majoritairement due au secteur agricole, les efforts entrepris par la filière sont importants. Les règlementations qui encadrent l’emploi des produits phytosanitaires sont de plus en plus strictes et entrainent la réduction du nombre de produits autorisés et efficaces.
  • Avec la pression démographique grandissante, l’augmentation de l’utilisation d’eau et la concurrence d’utilisation de cette ressource, notamment avec l’intensification des cultures agricoles provoque des pénuries dans différentes zones européennes.

Objectif poursuivi

Afin d’apporter des solutions à ces problématiques, le projet VégéDurable 2 a pour objectif de proposer des systèmes légumiers moins dépendants de l’utilisation d’intrants et plus respectueux de l’environnement, tout en répondant aux exigences de la filière.

En quoi consiste le projet ?

Pour ce faire, des essais ont été menés durant les trois années d’études dans les différentes structures. Ces recherches s’emploient à diminuer les pollutions de la ressource en eau grâce aux actions suivantes :

  • La réduction de la fertilisation
  • La réduction d’utilisation des produits phytosanitaires
  • La réduction d’utilisation d’eau

La coopération s’appuie sur un réseau scientifique fort constitué de structures qui maitrisent des compétences complémentaires sur une large gamme de cultures et qui représentent la diversité des productions de l’arc Manche. Ce réseau est formé du Caté, d’East Malling Research, du Laboratoire de Mathématiques Nicolas Oresme, de PlantWorks ltd et du Sileban.

Pour plus d’information, merci de consulter la revue ci-joint.

[ENGLISH]

« The project VégéDurable 2 was selected under the European cross-border cooperation programme INTERREG IV A France (Channel) – England, co-funded by the ERDF. »

The vegetable sector faces new challenges: to produce better and to develop methods of production which are both environmentally and economically sustainable while at the same time meeting the requirements of the other end of the supply chain, and particularly of retailers who want to sell completely unblemished products. Vegetable production methods and agricultural systems in general are heavily dependent on inputs and natural resources:

– The use of plant health products and fertilisers has been called into question since their impacts on the environment and on human health became widely known. Although the pollution was not caused primarily by the agricultural cultivation sector, vegetable growers have had to make major adjustments. The regulations governing the use of plant health products are more and more stringent and involve a reduction in the number of efficient products which receive authorisation.
– As a result of increased pressure from population growth, increased use of water, and competition for the use of this resource as crop-growing becomes more and more intensive, is causing shortages in a number of areas of Europe.

Objective

In order to provide solutions to these challenges, the VégéDurable 2 project aims to develop and deliver vegetable production systems which are less dependent on the use of inputs and more respectful of the environment while at the same time fulfilling the requirements of the profession and the market.

What does the project entail?

Trials have been conducted during the three years of studies carried out by the partner organisations. This research, is intended to lead to reduced pollution of water resources, through :

  • Reduced use of fertilisers
  • Reduced use of plant health products
  • Reduced use of water

The collaboration is based on a robust scientific network built up on organisations with complementary areas of expertise in relation to a broad range of fruits and vegetables, and represents the diversity of crops produced in the Channel Arc. This network is constituted by Caté, East Malling Research, Nicolas Oresme Mathematical Laboratory, PlantWorks ltd and Sileban.

For more information, please refer to the following revue.

************************************************************************************************************

***************************************************************************************************

https://www.bionaspa.com/

[Français]

Le CATE participe à un programme INTERREG sur la période 2017-2020 portant sur l’utilisation de bioproduits dans le secteur de l’agriculture, intitulé NASPA. Le consortium rassemble 15 partenaires de différents horizons (universités, centres d’expérimentation et industriels) répartis sur l’ensemble de la façade atlantique (Ireland, GB, la France, Espagne et Portugal).

Les régions du projet sont confrontées aux problématiques suivantes : présence de maladies fongiques, lessivage des nitrates, et présence de résidus fongiques dans les aliments. L’objectif de promouvoir une production agricole sans fongicides ou utilisation excessive de fertilisants tout en maintenant les rendements, voire en les augmentant. Les algues, déchets de poissons contiennent des éléments pouvant être exploités et convertis en substances bioactives avec des activités de protection des plantes, qui élimineront l’utilisation des fongicides et qui amélioreront le cycle du carbone et de l’azote.

NASPA développera une nouvelle génération de produits basés sur des composants actifs issus d’algues, de déchets de poisson, de plantes aquatiques. Ils induiront chez les plantes la production de substances protectrices (anti-microbiennes, anti-oxydants) contre les pathogènes fongiques qui les affectent, ou amélioreront la santé globale des plantes afin the rendre les plantes moins sensibles aux maladies à travers une meilleure nutrition et bio-stimulation.

La station du CATE a pour responsabilité de mettre en place des essais sur diverses cultures en conditions réelles de production et ainsi juger l’efficacité des produits soumis par le consortium. Les premiers essais ont débuté en 2018 sur l’artichaut, le chou-fleur et la salade face aux maladies récurrentes comme le mildiou et l’hernies des crucifères. Les essais seront reconduits en 2019 et 2020 pour valider les résultats. Des essais en serre verront les jours en 2019 et 2020 sur la tomate face à l’Oïdium.

Pour plus d’information, contacter Marine Guerret marine.guerret@cate.bzh

[English]

CATE is a partner of the NASPA project founded by the INTERREG Program. The project started in 2017 and continues until 2020 with the aim to boost the use of bioproducts in agriculture.  The consortium integrates 15 partners from various backgrounds (academics, experimental station and industrials) and several countries alongside the Atlantic coast (Ireland, the UK, France, Spain and Portugal).

These regions face the same issues: fungal diseases, nitrogen leaching and PPP residues in food products. The project has set the objective to promote an agriculture without fungicide or overuse of fertiliser while maintaining yields or even increasing them. The Algae and the fish wastes contain valuable substances which need identification before being converted into bioactive elements to protect the plant health and suppress the use of fungicides and improve the carbon and nitrogen soil cycles.

NASPA will develop a new generation of products based on active substances deriving from algae, fish wastes and aquatic plants. These substances will either stimulate the production of some plants’ compounds (antimicrobial and antioxidant) against potential fungal pathogens nor stimulate the overall plant health in order to make them less sensitive to disease with a higher nutrition and a better bio-stimulation.

The station implements field trials on various crops, commonly grown in the region and evaluates the efficiency of the products. First trials started in 2018 on cauliflower, artichoke and salad with downy mildew and club root. Three products are assessed. Trials repetition will occur in 2019 and 2020. Regarding the greenhouse section, we plan to start evaluation in 2019 on tomatoes and downy mildew.

For further information, contact Marine Guerret marine.guerret@cate.bzh

****************************************************************************************

UV-Robot

[Français]

De 2017 à 2021, le CATE est impliqué dans un projet de robotique innovante à base d’UV pour améliorer les stratégies de protection intégrée au bénéfice des producteurs, des consommateurs et de l’environnement. Le projet est financé par le programme INTERREG Nord-Ouest avec pour consortium la station belge d’Hoogstraten comme chef de fil et 7 partenaires composés de start up ou de centres de recherches et d’expérimentations.

L’Oïdium est une maladie majeure pour de nombreuses cultures nécessitant le recours aux produits phytosanitaires pour lutter contre la maladie, mais ceux-ci peuvent entraîner la présence de résidus dans les produits récoltés. De plus, les produits ne garantissent pas leurs efficacités contre la propagation de l’Oïdium. Les rayons UV-C se révèle être une solution alternative durable contre la maladie. Pour permettre l’introduction de cette technique en production, l’application des rayons UV-C doit être optimisée et l’automatisation est nécessaire. Le projet UV-ROBOT va travailler sur ces thématiques avec les objectifs suivants :

– (1) Développer des robots pour le contrôle autonome de l’Oïdium,

– (2) Intégrer la technique UV-C dans les stratégies actuelles de protection intégrée,

– (3) Rendre cette innovation accessible aux producteurs.

Au cours du projet, des robots seront développées et testés et sur 3 types de cultures touchées par l’Oïdium :

  • La fraise (culture sphérique)
  • La tomate et le concombre (cultures verticales)
  • La laitue et le basilic (cultures horizontales)

Le CATE sera en charge de valider l’efficacité de la stratégie basée sur les UV-C et d’organiser des démonstrations, afin d’assurer un transfert optimal de cette innovation aux producteurs. Le but de ce projet est de rendre les producteurs moins dépendants de l’usage des produits phytosanitaires et ainsi de réduire leur utilisation ainsi que la présence de résidus dans les cultures légumières de l’Europe du Nord-Ouest.

Pour plus d’information, contacter Marine Guerret marine.guerret@cate.bzh

[English]

Between 2017 and 2021, CATE takes part in an Innovative UV-robotics to improve existing IPM strategies and to benefit farmers, consumers and the environment. INTERREG North West Program finances the project lead by the Belgium station of Hoogstraten and followed by seven partners issued from start-up companies or research/experimental stations.

Several crops encounter downy mildew infections, which require to spray phytosanitary products. However, these products can leave residues on the harvested legumes, plus they don’t necessarily guaranty a complete efficiency regarding the propagation of the pathogen. UV-C light is a promising alternative method to fight against the pathogen infections, i.e. downy mildew. In order to enable its introduction and take up to the market, the technology has to be optimised and an automatisation is primordial. The project will focus on the following points:

(1) Autonomous mildew control – (2) UVc integrated with IPM strategy – (3) Implementation by growers

During the project, robots will be developed and tested on three types of cultures extremely damaged by downy mildew:

  • Strawberry (spherical culture)
  • Tomato and cucumber (vertical culture)
  • Lettuce and basil (horizontal culture)

CATE has the responsibility to validate the efficiency of the strategy based on UV-c and to organise showcase ensuring implementation by growers.

The final aim of the project is to reduce the dependency of the growers to chemistry and also diminish their usage, which will lead to legumes with fewer residues in NW Europe.

For further information, contact Marine Guerret marine.guerret@cate.bzh

Closed search overlay screen
Allez vers le haut de la page