Déphy Ecophyto 2018 fleurs coupées

Résumé du projet :

La production de fleurs coupées représente un chiffre d’affaires en France de 240 millions d’euros (stade de la production) et plus de 10 000 emplois. C’est une production difficile qui soit faire face aujourd’hui à une concurrence étrangère très dure. Il reste aujourd’hui 3 pôles de production en France : PACA (Var et Alpes maritimes), Bretagne et Sud-Ouest.

Même si des solutions alternatives de lutte contre les maladies ont vu le jour depuis quelques années, il existe encore de nombreuses impasses techniques (en matière de lutte biologique contre le Thrips par exemple) et dans beaucoup de situations, cette filière utilise encore beaucoup de produits phytosanitaires (IFT très importants en culture de gerbera ou de rose par exemple). Le plan Ecophyto 2018, qui vise à la promotion de solutions alternatives à l’utilisation de produits phytosanitaires peut donc constituer un outil complémentaire aux autres dispositifs permettant de relancer cette filière.

Ce projet a pour objectif de réduire d’au-moins 50 % les intrants phytosanitaires à échéance de 6 années par la mise au point de nouveaux itinéraires culturaux en production de fleurs coupées.

L’objectif est de pouvoir généraliser les solutions issues de ces expérimentations aux attentes de l’ensemble de la floriculture française.

3 systèmes de culture représentatifs des entreprises de fleurs coupées vont être testés :
– Un système de production hors-sol depuis plusieurs années, avec des cultures de fleurs à cycle long (S1) ;
– Un système passant d’une production de pleine terre à une production hors-sol, en testant des cultures de fleurs à cycle court (S2) ;*
– Un système de production de pleine terre, avec des cultures de fleurs à cycle court (S3).

S1 sera testé par le Scradh sur des productions de roses et de gerberas.
S2 sera expérimenté par le Creat sur des cultures alternées de renoncules, de lisianthus, d’anémones.
S3 sera expérimenté par le Caté.

S3, Caté :

Le système de culture de fleurs coupées en pleine terre à cycle court existe toujours dans certaines régions (Bretagne) et il n’existe pas pour le moment de système hors-sol adapté à ces productions.

De plus, les méthodes alternatives de lutte sont très peu développées pour le moment.

Le programme du Caté débutera par un dispositif d’enquête pour déterminer les IFT conventionnels des productions des espèces travaillées dans ce projet.

Les essais qui vont être menés au Caté visent à réduire l’usage des phytosanitaires, tout en assurant la rentabilité du système de production en cherchant à cumuler les techniques alternatives : lutte biologique (PBI, SDN, champignons antagonistes), paillages, gestion du climat …

Pour la première année d’expérimentation, la rotation giroflée-tournesol-célosie sera étudiée.

Télécharger le fichier (PDF)